05/11/2004

à ma grand mère

Tu es là face a moi, dans cette grande salle
nos regards se croise, me reconnais tu ?
sais-tu qui je suis ?
te rappel tu de nos années de bonheur vécues ensemble ?
j'ai tant besoin de te parler, j'ai tant besoin de ton avis..
tu es là face a moi, a l'abris dans ta bulle ..
tu penses a tes parents, tu me demande de leur nouvelles
je te réponds comme je le peux, a quoi bon te contrarier
ton enfance je ne la connais que trop bien, tu me la si souvent comtée ....
de ta chienne Lionne au paquet de farine que joseph a perdu pendant la guerre
des morceau de charbon volé pour pouvoir vous chauffé, au sabot qui meurtrissait tes pieds l'hivers..
je te parle comme si nous y étions, non te contrarié je m'y refuse ....
 
tu es dans tes pensée et moi dans les miennes ...
on se regard chacune en pensant, on se tiens la main...
on est là et en meme temps on est si loin ....
j'ai tant besoin de ton avis, tant besoin de te parler
j'ai tant envie de m'en aller te prenant par la main pour retrouver le temps passé ..
 
une lueur dans tes yeux, lueur de lucidité ...
tu me reconnais, tu reconnais ton arriere petit fils
tu ne manque pas de me dire des petites blagues
tu me souris, tu me demandes quand est ce qu'on retourne a la maison...
 
la lueur s'éteins, tu es repartie, ce ne fut qu'un bref instant mais un instant si intense ...
peut etre m'en veux tu que je n'aille te voir plus souvent ..
mais comment expliquer la douleur que je ressent quand je te vois
comment expliquer cette culpabilité qui me hante quand je te vois
 
que je voudrais retourner en arriere, me soigner perdre mon boulot mais te garder toi pres de moi ..
 
je t'avais promis de ne jamais te laisser dans un home, et aujourd hui je rompt ma promesse
m'en veux tu autant que je m'en veux ?
 
je donnerais tout pour retourner avec toi
retourner dans ta maison, retrouver le chien, le chat et les poules
retrouver l'ambiance ou nous vivions ensemble
je donnerais tout pour t'entendre me raler dessus sur mes sorties trop tardive
retourner une fois avec toi au bal du 15 aout , retourner faire notre petit marché, et nos promenade remplies de mes questions existensielle auquel toi seul avait les réponses qui pouvais m'apaiser ...
 
le rideau de la vie se referme peut a peut sur toi .... reviens moi ne fusse qu'un instant reviens moi comme avant ....
 

21:10 Écrit par moi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.